Réaliser son compost
Réaliser son compost

Réaliser son compost, c’est recycler les déchets verts du potager et de la maison en les amassant en tas pour qu’ils se décomposent.

Voici un processus qui risque d’intéresser bien nombre de jardiniers et qui se présente dans l’air du temps comme très écologique.

Vous trouverez dans cet article toutes les conseils pour réaliser son compost.

 

Qu’est-ce que le compost ?

Le compost : Un engrais naturel efficace
Un engrais naturel efficace

« Compost » signifie « engrais composé ».

C’est un fertilisant à base de déchets d’origine végétale ou animale. Une fois décomposé par des micro-organismes (bactéries, champignons,…), cette matière organique produit un engrais de qualité totalement naturel qui nourrit vos plantes, les rend plus saines et plus résistantes aux maladies.

C’est l’engrais le plus équilibré. Plus vous compostez d’éléments différents plus votre compost sera complet. Il renforce l’aptitude de votre sol à retenir l’eau et les nutriments indispensable pour vos plantations.

 

Mettre en place son compost

Il existe 3 méthodes de compostage :

  • en tas
  • de surface
  • en silo

Dans tous les cas, la règle d’or est de maintenir l’équilibre entre les déchets verts (tonte de gazon, fruits et légumes abimés, épluchure,…), les déchets bruns (broyats de bois sec, de taille,…), les matières sèches et les déchets humides.

 

Le compostage en tas

Compost en tas
Compost en tas

Quand vous avez une grande masse de déchets à composter, le compostage en tas est la solution. Il vous suffit de créer un tas à même la terre (dans un endroit à mi-ombre) et de superposer des couches successives de divers matériaux.

Pour un bon équilibre, mélangez les déchets riches en azote avec des déchets riches en carbone (pour moitié chacun).

Arrosez copieusement chaque nouvelle couche et mélangez à fur et à mesure de l’évolution du tas. Ajoutez plusieurs poignées d’orties pour activer le compost et accélérer le processus. Terminez le tas par de l’herbe sèche, de la paille et des feuilles mortes. Recouvrez de terre de jardin et d’une bâche en plastique en cas de pluies fréquentes. Remuez votre compost tous les mois pour l’aérer pour qu’il soit de bonne qualité. A bout de 8 à 15 mois, vous obtiendrez alors un compost riche et prêt à l’emploi.

 

Le compostage de surface

Compost de surface
Compost de surface

Le compostage de surface reprend le processus naturel des forêts et de toux déchets qui tombent au sol et se décomposent. Il s’agit simplement d’épandre les déchets verts et la matière organique à même le sol. Pas besoin de tas, de l’aérer, de la manipuler : un beau gain de temps pour le jardinier !

Le principe est le suivant. Sur une parcelle au repos, qui sera remise en culture après l’hiver, mettez en place votre composte de surface. Tout d’abord, décompactez le sol. Arrachez les mauvaises herbes et laissez-les sur le sol. Étalez sur le sol les déchets verts et la matière organique. Vous gagnerez beaucoup de temps en évitant les allées et venues au composteur. Le compost ne va pas chauffer puisqu’il est étalé. On appelle cela le compost à froid. Les vers de terre et autres habitants vont dégradés la matière et transformés la structure et la nature du sol pour en faire un riche humus.

 

Le compostage en silo

Compost en silo
Compost en silo

Le compostage en silo offre plusieurs avantages par rapport au compostage en tas : gain de place, accélération du processus de compostage et plus esthétique.

Le but est de remplir le silo des déchets verts au fur et à mesure de leur production. Le mélange idéal est plus difficile à atteindre qu’avec un compostage en tas classique mais il réclame moins de manipulations.

En plastique ou en bois, la gamme est large. Vous pouvez aussi le fabriquer vous-même avec des planches badigeonnées d’huile de lin ou avec du grillage à maille carrée et du plastique transparent. N’oubliez pas alors de prévoir une ouverture pour récupérer votre compost !!!

 

Où faire votre composteur ?

Un bon emplacement pour un compost est à l’ombre car une situation trop chaude le dessèche. Pensez à l’arroser s’il est trop sec et à le couvrir s’il pleut de trop.

 

Prendre soin de son compost

Aérez votre compost

L’aération est un facteur essentiel puisque le compostage est un processus aérobie (cela caractérise toute chose qui a besoin d’air pour assurer sa survie et son évolution). La mauvaise aération du tas de compost est la principale raison d’un compostage lent, partiel, hétérogène ou mal odorant. On estime que l’air devrait occuper au moins 50% du volume du tas. Pour cela, mélangez le tas le plus souvent possible pour bien aéré le tout.

Humidifiez votre compost

Il est important que vous contrôliez l’humidité de votre compost. Pour vérifier qu’il est satisfaisant, comprimez une poignée de compost dans votre main. Si des perles d’eau commencent à apparaitre le taux d’humidité est bon.

Si le compost est trop sec et que l’apport de déchets humides n’est pas suffisant, les bactéries meurent et seuls les champignons continuent à travailler. Vous verrez alors apparaître des filaments mycéliens blancs. Dans ce cas arrosez votre compost. Vérifiez également que l’aération n’est pas trop importante (espace entre les planches,), que l’emplacement n’est pas trop venteux. Vous pouvez couvrir votre tas de compost avec une bâche après l’avoir arrosé, elle gardera l’humidité.

Attention à l’inverse de ne pas trop humidifier votre compost. Un excès d’eau diminue la quantité d’air disponible dans le volume de compost. Les bactéries aérobies (qui ont besoins d’oxygène) sont remplacées par des bactéries anaérobies (qui n’ont pas besoins d’oxygène) qui dégagent des gaz et engendrent des odeurs désagréables. Dans ce cas pensez à bien le mélanger pour éviter que certaines zones à l’intérieur ne soient trop humides. Pensez également à découvrir votre tas par temps sec pour augmenter l’aération. Si le taux d’humidité est vraiment trop important étalez (par temps sec) sur le sol une partie du compost durant quelques heures afin de l’aérer, puis remettez le dans le bac à compost.

aérez et humidifiez régulièrement

 

Quand le compost est-il prêt ?

Compost et semis
Compost et semis

Il peut être prêt au bout de 3 à 6 mois au printemps et à l’été et au bout de 6 à 9 mois à l’automne ou en hiver.

Le compost est prêt lorsqu’il sent la terre forestière, l’humus et s’effrite facilement. Retirez-le par la base et incorporez-le au pied des plantes ou dans les trous de plantation. Attention à ne pas l’enterrer mais à l’incorporer de façon superficielle. Épandre 30 à 70 kg de compost pour une surface de 100 m², trois fois par an. A la fin du compostage le tas aura perdu 2/3 de son volume initial, mais il sera concentré en éléments nutritifs.

 

Quelles matières composter ?

Pour un compost 100% naturel, utilisez les déchets verts de la maison (fruits et légumes) et du jardin. Tout se recycle au jardin : ce qui vient de la terre retourne à la terre pour protéger et nourrir le sol.

Utilisez des matériaux variés et broyés (les micro-organismes seront plus efficaces si les déchets sont en petits morceaux) en mélange équitable secs (bois, rameaux, feuilles mortes) et humides (encore verts). La diversité des déchets utilisés fait du compost le meilleur engrais organique.

Les matières compostables sont :

  • les feuilles mortes broyées
  • la tonte d’herbe fraîche
  • les herbes séchées
  • les fleurs fanées (même celles du fleuriste)
  • les plantes d’appartement
  • le bois de taille broyé, sciures et copeaux
  • les aiguilles de conifères
  • les mauvaises herbes non grainées dont les orties entières avant floraison
  • les déchets de fruits et légumes

Ce que l’on ne doit pas mettre au compost :

  • la terre, le sable et les cendres de charbon
  • le gros bois, le bois traité, le bois exotique
  • les tailles de thuyas et autres conifères
  • les cendres de bois
  • toutes les plantes grainées
  • les litières non biodégradables

 

Article à consulter : Identifier le sol de son potager

Source : Gamm vert

N’hésitez pas à compléter cet article grâce à vos commentaires et votre propre expérience.

Article précédentLa culture du chou-fleur
Article suivantLes variétés de cornichons
Christian, créateur du site, je suis jardinier amateur mais passionné. Mon objectif est de rendre accessible l'information en allant à l'essentiel. Partager est important: j'attache beaucoup d'importance aux commentaires et nos échanges afin de parfaire mon expérience.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.